Déclaration finale de la campagne Tournons la page à Bamako.

vendredi 13 janvier 2017, par Admin

Déclaration finale de la campagne Tournons la page à l’occasion de la 2e rencontre panafricaine de Bamako.

Pas de démocratie, sans justice fiscale !

Nous, représentants des organisations de la société civile et des mouvements citoyens impliqués dans la campagne « Tournons La Page pour l’alternance démocratique en Afrique », venus de 11 pays d’Afrique et d’Europe [1] et réunis à Bamako du 8 au 14 janvier 2017 ;

Constatons une fois de plus l’organisation d’un sommet Afrique-France dont le fonctionnement et l’esprit témoignent d’une vision dépassée du continent et des enjeux internationaux. Ce nouveau sommet entre le président de la France et des présidents africains, est un symbole de la confiscation de la décision politique. Il démontre par son organisation même et sa fermeture à la société civile, que les décisions politiques se prennent aujourd’hui le plus souvent dans une opacité presque totale.

Soulignons que l’année 2016 a connu plus de dix élections présidentielles en Afrique qui, dans la plupart des cas, ont consacré le cynisme et le reniement des valeurs démocratiques alors que les populations réclament depuis des années, au péril de leurs vies, qu’une page se tourne. Elles continuent à se battre pour la reconnaissance de leurs choix. Ce sommet réunit un certain nombre de chefs d’Etat qui se sont eux-mêmes maintenus au pouvoir à l’issue de ces élections frauduleuses.

Condamnons fermement la répression, sous toutes ses formes, des acteurs de la société civile, des opposants politiques et des populations qui luttent pour l’alternance démocratique et le respect des droits humains.

Soutenons la société civile et les mouvements citoyens RD-congolais, angolais et camerounais qui en 2017 et 2018 se mobiliseront pour acter enfin l’alternance démocratique dans leurs pays.

Rappelons que l’argument de la stabilité par la dictature qui anime nombre de décisions des grandes puissances et des multinationales ayant leurs intérêts en Afrique est un non-sens. La rente à la stabilité et à la paix qui fait tenir de nombreux dictateurs en Afrique est le symbole du renoncement de toute la communauté internationale à faire respecter des valeurs communes.

Insistons sur le fait que les dictatures, par la destruction du lien social et la frustration populaire qu’elles engendrent sont des bombes à retardement dans des pays où souffre une jeunesse dont les espoirs sont volés.

Saluons la force et la détermination d’une jeunesse africaine actrice de son destin et qui n’attend pas son salut des grandes messes diplomatiques, dont l’anachronisme n’a d’égal que l’inefficacité à améliorer ses conditions de vie.

Les mouvements citoyens et sociaux maliens et du reste de l’Afrique qui nous accueillent ici au Sommet des Peuples en sont une belle illustration.

Réaffirmons que les dirigeants africains comme européens s’enferment dans des tête-à-tête néfastes avec les dirigeants de multinationales oubliant le sort des populations et la souveraineté de leurs pays.

Insistons sur le combat décisif de la société civile pour un encadrement des multinationales à travers toute l’Afrique afin de mettre fin à la confiscation politique par les acteurs économiques.

Nous, Tournons la page, affirmons que la construction démocratique en Afrique est prise en étau entre des dirigeants autoritaires et les intérêts des multinationales. Cette collusion se traduit par une corruption et une évasion fiscale massives au détriment des citoyens. C’est pourquoi, pour Tournons La Page, il n’y a pas de démocratie sans justice fiscale.
Ainsi, nous exigeons :

  • La création d’une organisation fiscale des Nations unies afin d’assurer que les pays en développement puissent participer sur un pied d’égalité à la réforme internationale des règles fiscales ;
  • La transparence financière et fiscale des entreprises pays par pays, comme un standard international incontournable ;
  • Une ratification parlementaire et la publication des contrats d’établissement des entreprises qui dérogent au droit commun ;
  • Le respect, la transparence et le renforcement des procédures d’appels d’offres et d’attribution des marchés publics ;
  • La mise en place de registres publics des propriétaires réels des sociétés.

Pour contribuer à atteindre ces objectifs, Tournons la page s’engage à réaliser des audits citoyens des exonérations fiscales pour évaluer leur pertinence.

Nous appelons les citoyens d’Afrique et du monde à la mobilisation pour bâtir des systèmes économiques et politiques garants de la démocratie, de la justice sociale et de l’équité dans la distribution des ressources nationales.

Fait à Bamako, Pyramide du Souvenir, le 12 janvier 2017

Les participants


[1Burundi, Cameroun, Congo, Espagne, France, Gabon, Mali, Niger, République Démocratique du Congo, Tchad.

Plateforme nationale CGLTE AO (CMAT, COASP, BEDE, COFERSA, ADDAD Mali…) Caritas/Tournons la page, Acord, FOSC, AME, Djéré ben/Maghreb Sahel, Bloc "debout sur la Françafrique", Ensemble nous sommes un peuple, MIRAU, GRDR, CIMAD,RAI, CAJAS, GPM

Avec l’Appui de CCFD - Terre Solidaire et de Pain pour le Prochain